Home Sitemap
About Us
News
Directories
Services
Contact Us
Ijma3    Calendar of Events Search
Username
Password
 
Member Area
Network
IJMA3 Initiatives
MENA ICT Week
Media
HighTech Road Show 2012
Photo Gallery
Downloads
Arab Internet Freedom
Events



   
===============

===============

===============

===============

===============




IJMA3 Projects






















 










 














 Powered by




 Partners








Guest Members















News Archive
    Back to News Main Page
 

Nizar Zakka entame aujourd’hui son 17e jour de grève de la faim
13/07/2017

« Nous espérons que le président Aoun, qui effectue une visite officielle en Iran en août, le ramènera avec lui », déclare Antoine Abou Dib, son avocat.

 
 
Article

Le Libano-Américain Nizar Zakka, détenu en Iran depuis septembre 2015, a transmis hier un message à L'Orient-Le Jour, par le biais de son avocat Antoine Abou Dib, dans lequel il dénonce sa détention injuste. Condamné en 2016 à 10 ans de prison en Iran pour « relation avec un pays ennemi aux dépens des intérêts de l'Iran », Nizar Zakka entame aujourd'hui sa 17e journée de grève de la faim et semble de plus en plus affaibli physiquement et moralement, selon son avocat. « J'ai été contacté cet après-midi (hier) par Nizar Zakka de la geôle iranienne où il est enfermé. Nizar m'a fait part, d'une voix faible, laissant transparaître l'état d'épuisement physique dans lequel il se trouve, de sa détermination à poursuivre sa grève de la faim jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'à la liberté ou la mort », indique Me Abou Dib à L'OLJ. Quand il a été arrêté en septembre 2015 à Téhéran, Nizar Zakka effectuait son cinquième séjour en Iran. Il avait été officiellement invité en Iran par la vice-présidente iranienne pour les Affaires de la femme et de la famille, Shahindokht Molaverdi, afin qu'il prenne part à une conférence sur le développement et l'emploi des femmes. « Autorisé à effectuer de brefs appels téléphoniques, Nizar m'a chargé de transmettre son message à L'Orient-Le Jour. Il estime faire l'objet de la forme la plus cynique des injustices, puisque ceux qui ont choisi de le priver de sa liberté le savent innocent et ne manquent pas une occasion de le lui dire, souligne Antoine Abou Dib. Pour Nizar, cette forme d'injustice est la plus dure à accepter puisqu'elle est contraire aux principes les plus élémentaires de la morale et ne peut être en aucun cas justifiée, comme pourrait l'être par exemple une incarcération fondée sur des informations erronées qu'il serait alors facile de rétablir, ou des soupçons de culpabilité qu'il serait facile de dissiper. Il s'ensuit que Nizar se sent désarmé face au mépris total du droit et de la morale. » « Nous craignons aujourd'hui que l'espace mental que Nizar a réussi à se préserver ne rétrécisse peu à peu et que sa voix ne puisse bientôt plus porter très loin avant de s'éteindre à jamais nous laissant tous, responsables politiques, avocats et journalistes, avec le remords d'avoir manqué à notre devoir essentiel, celui de faire triompher le plus fondamental des droits humains, le droit à la liberté », poursuit l'avocat. « Son avocat iranien a fait appel après sa condamnation à 10 ans de prison, mais plus rien depuis. Nizar est physiquement et moralement affecté par sa grève de la faim, indique Me Abou Dib. La famille de Nizar a été voir le président de la République, Michel Aoun, il y a à peu près un mois. Nous espérons que le président Aoun, qui effectue une visite officielle en Iran en août, le ramènera avec lui. »
 
 
 
Copyright © 2004 - 2005 Ijma3, Union of Arab ICT Associations. All rights reserved.